Croissance de la toile de confiance

image_pdfimage_print

Contrairement à ce que beaucoup de membres pensent, la toile de confiance est un outil de la Ğ1 : elle ne fait pas partie de la TRM. On peut très bien imaginer une monnaie libre centralisée, où les membres déclinent leur identité pour ouvrir un compte (et un seul) et ainsi co-créer la monnaie.

Ce choix de décentralisation pour la première application de la TRM a actuellement une incidence sur la sécurité de la monnaie. Pour entrer dans la Ğ1, il faut être certifié (parraîné) par 5 membres qui garantissent à la communauté que le futur membre n’a qu’un seul compte et qu’ils le connaissent bien, au point d’être capables de le retrouver et de donner son identité réelle.
…/…

Ce besoin de retrouver une personne vient du fait que les nœuds qui servent à mettre à jour les transactions dans la blockchain et à verser le DU (dividende universel) sont gérés par des membres. Si un groupe de membres mal intentionnés arrivait à créer un nombre de nœuds suffisant, pour avoir la majorité des nœuds en service (50% + 1), alors ils contrôleraient la monnaie.

On pourrait imaginer que l’identité des propriétaires de nœuds soit connue, ce qui résoudrait le problème de sécurité. Mais le logiciel Duniter qui sert à mettre à jour la blockchain aurait été programmé sans que l’on puisse distinguer les membres co-créateurs de la monnaie, des membres mettant un nœud à la disposition de la communauté.

Pour palier à ce problème de sécurité, les paramètres de la toile de confiance ont été ont été positionnés ainsi :
– il faut avoir 5 membres certificateurs pour entrer dans la toile de confiance
– il faut atteindre 80% des membres référents en 5 pas ou moins
– chaque membre a deux mois pour entrer dans la toile de confiance, à partir de la date de demande d’entrée
– chaque membre ne peut certifier plus de 100 membres (Des statistiques montrent qu’un être humain, connaît 50 personnes, en moyenne)

Ce choix de la sécurité a une conséquence sur la vitesse de croissance de la toile de confiance sur un territoire. Celle-ci est très lente et nous avons déjà vu de nombreuses personnes intéressées par la Ğ1, quitter le projet, faute d’avoir un usage concret de cette monnaie et trouvant les conditions de suivi et de renouvellement trop techniques pour un simple quidam.

La Ğ1, a été démarrée le 08/03/2017 avec 59 membres inscrits à la blockchain zéro. Au bout d’un an, nous étions 767, soit un coefficient de croissance de 13. Si nous avions gardé cette croissance, nous serions 1 685 000 membres au 08/03/2021.
En fin de seconde année (08/03/2019), nous étions 1734, soit un coefficient de croissance de 2,26 (un peu plus que doublé). Si nous avions gardé cette croissance, nous serions 8 857 membres au 08/03/2021.
En fin de troisième année (08/03/2020), nous étions 2599 membres, soit un coefficient de croissance de 1, 50 (juste la moitié des membres en plus). Si nous gardions cette croissance, nous serons 3 895 membres au 08/03/2021.

Une autre façon de voir les chiffres est de compter le nombre de membres entrés à la fin de chaque année. Avec une moyenne de 866 membres/an sur les trois ans de démarrage, on constate que les 865 membres entrés la 3 ème année correspondent à un membre près à cette moyenne. On voit donc qu’il n’y a pas de croissance exponentielle, mais une croissance linéaire.

AnnéeMembresMoyenne
1767767
2967867
3865866
Membres entrés/an

Avec, cette moyenne, on peut calculer la croissance prévisionnelle des prochaines années : nous serions 5197 au 08/03/2023

AnnéeMembresTotal
1767767
29671734
38652599
48663465
58664331
68665197
En noir : membres entrés réels
En rouge : membres entrés prévisionnels

Nous constatons une faiblesse de la croissance de la toile de confiance qui explique le manque de dynamique dans les groupes locaux. Pourtant, la monnaie libre avait suscité un très grand espoir de changement. Les besoins de sécurité pour les nœuds Duniter sont un frein à la croissance de la toile de confiance.

Comme nous restons de fervents défenseurs de la monnaie libre, nous souhaitons aider à faire évoluer les logiciels, notamment en finançant des développeurs en Euros. Nous savons que c’est un gros travail et que des bénévoles seuls ne peuvent assumer cette tâche. D’autre part, sans l’adaptation des outils aux besoins des utilisateurs, notre travail sur le terrain n’a plus aucun intérêt car nous-mêmes nous épuisons à rassembler des utilisateurs qui au final quittent le projet.

Notre atelier informatique travaille sur le sujet et explore différentes pistes, sans exclure, ni privilégier, dont :
– avoir des super certificateurs : membres connus qui pourraient certifier plus que 100 membres avec des délais plus courts
– avoir des membres enregistrés dont l’identité est prouvée (copie de carte d’identité, copie de certificat de domicile) et qui pourraient entrer immédiatement dans la toile de confiance.
– monnaie centralisée
– autre monnaie décentralisée, utilisant d’autres techniques de certification.
– etc.

Un commentaire sur « Croissance de la toile de confiance »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *